Croisière sur la Seine à Paris

Historique

La naissance

Les Vedettes du Pont Neuf sont créées en 1959 par son fondateur Emile Azam. Après avoir été concessionnaire, dans les années 50, d’une marque de construction de bateaux (Rocca) sur les bords de Marne à La Varenne Saint-Hilaire, il se lance dans l’aventure parisienne.

photo_historique01

La première implantation parisienne a lieu au pied du musée du Louvre, quai du Louvre, sur la rive droite de la Seine. Un bateau à passagers en bois, le Symoun, d’une capacité de 30 places, déjà précédemment exploité sur la Marne, est mis en service d’avril à septembre, et permet d’effectuer des croisières sur la Seine de 30 minutes sans commentaires.

La construction d’une première vedette en acier de 50 places est lancée à Concarneau en 1960 : le Rocca I. Mais dès le début, Emile Azam se rend compte que cette dernière s’avère déjà trop petite. C’est ainsi qu’en 1962, une nouvelle vedette de 112 places est livrée par les Chantiers de Concarneau, baptisée Rocca 2. En 1964, le Rocca est vendu pour financer la construction du Rocca 3, puis arrivera le Rocca 4 en 1966.


Les premiers pas

En 1967, c’est le transfert de l’exploitation du quai du Louvre au Square du Vert Galant sur l’Ile de la Cité. Ce déménagement est devenu nécessaire par la réalisation de la voie expresse Georges Pompidou. Un embarcadère de 25m est alors construit à Concarneau pour recevoir les trois bateaux de la flotte.

photo_historique02

En 1970, Emile Azam appelle à ses côtés son neveu, Eric Levavasseur, âgé de 16 ans. Le Rocca 5 rejoint la flotte des vedettes existantes. Eric demandera à son frère Xavier de le rejoindre en 1977.

La fréquentation est en constante progression. En 1980, l’Hydraseine, bateau de 250 places, est construit aux Chantiers du Trait, à proximité de Rouen. Ce nouveau bateau plus spacieux permet de créer des soirées événementielles (150 à 200 par an). L’embarcadère de 25 m de long devient trop exigu : en 1982 sa surface est doublée et accueille un bar.

Parallèlement, des croisières thématiques et des croisières déjeuners spectacle dans les restaurants des bords de Marne sont proposées à la clientèle et plus de 10 000 passagers y répondent favorablement en une année. Dans le cadre du développement de ces nouveaux produits, l’acquisition d’un bateau neuf de 150 places, devient indispensable : le Vert Galant, acheté en 1985.

La fréquentation est telle que la société décide de construire en 1989, à l’occasion du bi-centenaire de la Révolution, un bateau de 350 places, baptisé Europa, le premier bateau entièrement découvert sur la Seine, construit par Les Chantiers de la Haute Seine à Villeneuve le Roi.

photo_historique05

Les goûts changent et les clients réclament du soleil : une terrasse est aménagée sur le toit de l’Hydraseine permettant également d’augmenter sa capacité qui passe ainsi de 250 à 350 places. La société vendra le Rocca 3 aux bateaux de l’Erdre, et le Rocca 5 sera déplacé sur la Marne au Port de Nogent. Il y est toujours exploité dans le cadre d’une gérance qui organise des croisières avec escales de Nogent-sur Marne à Joinville-le-Pont, naviguant autour des îles du Perreux et de Bry, au pays d’antan des guinguettes : un retour aux sources en quelque sorte.


La maturité

La construction d’un bateau de 550 places est entreprise, il s’appellera le Parisis, construit par Les Chantiers de la Haute Seine et est mis en activité au printemps 1994. Les Vedettes du Pont Neuf ont alors une capacité d’accueil de la clientèle de 1 250 places/heure pour les trois grosses unités, complétées par le Rocca 2, en bateau de dépannage, et le Vert Galant, bateau polyvalent de réceptions et de croisières.

La société, confrontée à une concurrence ascendante de bateaux de réceptions, décide de s’implanter dans la restauration quotidienne. Elle investit dans des cuisines embarquées sur le bateau Vert Galant.

La commercialisation s’intensifie et une nouvelle société est nécessaire à cette tache : Les Croisière du Pont Neuf voient le jour. Cette nouvelle structure permettra d’augmenter l’équipe commerciale, essentielle à ce nouveau développement.

Les résultats ne se font pas attendre : 15 000 couverts sont servis la première année d’exploitation. En cette année 1998, force est de constater que les demandes de réceptions et d’événementiels ne peuvent plus être satisfaites. Un autre site devient indispensable. En outre, le tourisme parisien ne cesse de croître : les autocars sont de plus en plus nombreux à converger vers les sites touristiques majeurs, proches du cœur de la ville. La circulation et le stationnement devenant de plus en plus épineux, la ville prend des mesures restrictives. Le parking autocars de Bercy, le plus grand d’Europe voit le jour, aux côtés du Palais Omnisports et de ce qui sera Bercy Village. Nous assistons aux prémisses de l’éclosion de l’est parisien.


Le développement du 2ème millénaire

La société franchit le pas et se lance, une fois encore, dans de nouveaux investissements. Les ingrédients sont réunis en 1999 pour la création de Marina de Bercy.

Les Vedettes du Pont Neuf mettent en chantier une nouvelle compagnie de bateaux : La société Bercy Navigation est constituée en association avec Luc Devillers pour la construction d’un nouveau bateau restaurant de 250 couverts, le Grand Pavois, et d’un embarcadère de 60m de long, le ponton Emile. Le Grand Pavois est d’une conception moderne et révolutionnaire : sa propulsion est mixte fuel/électricité. L’embarcadère dispose d’un bar, d’une salle de séminaires, d’une terrasse de 200 couverts, d’un parking et d’un quai terrasse et plage de 150 personnes.

Le bateau Vert Galant, bateau restaurant déjà en exploitation au Pont-Neuf de 100 couverts, rejoint le Port de Bercy, le Rocca 4, bateau de 112 places en passagers est réaménagé en bateau réceptions de 50 couverts et complète la flotte à la Marina de Bercy afin de répondre au mieux à la demande des clients.

Hélas, cette année 1999 n’est pas que satisfaction et espoir : elle voit la disparition du patriarche et fondateur Emile Azam. Avec lui, une page d’histoire des Vedettes se tourne. Son neveu Eric Levavasseur est élu à la Présidence du Conseil d’Administration, Xavier, son frère le seconde. La société demeure strictement familiale, comme elle l’a toujours été, sans participation extérieure : frères, sœur, parents, oncles et tantes se partagent l’actionnariat de l’entreprise. A leurs côtés, un encadrement solide et pérenne assure le quotidien, dans un esprit « maison » rarement rencontré. L’aventure continue.

Les travaux de l’embarcadère du port du Pont Neuf, agrandissement et rénovation totale, sont réalisés fin 1999 début 2000.

photo_historique03

Afin d’assurer au mieux son développement commercial, Bercy Navigation qui exploite l’enseigne Marina de Bercy, ouvre son capital au groupe Divercity / Cityrama, leader mondial du « sightseeing bus ». L’association entre les deux groupes va permettre de créer de nouveaux produits combinés de visites dans Paris, comme des rotations au départ de la Tour Eiffel, avec escale à Notre-Dame et au Louvre, proposées par les Bateaux Parisiens sous l’enseigne commune de « Navicité ».

A la fin de l’année 2007, Les Vedettes du Pont Neuf prennent le contrôle de la société Canauxrama avec ses 25 années d’expérience sur les canaux franciliens, la Marne, l’Oise et la Seine. Quatre bateaux adaptés au canal et au fleuve, viennent grossir le potentiel des Vedettes du Pont Neuf.


Hors frontières

Dans le même temps, Les Vedettes du Pont Neuf participent à la conception et à la réalisation d’une société de bateaux à passagers à Rome. Cette nouvelle société répondra à l’appel d’offre de la ville de Rome qui souhaite créer des croisières sur le Tibre. La compagnie de bateaux Battelli di Roma voit le jour en avril 2003 et exploite actuellement 6 bateaux sur le Tibre.

Dans le cadre d’un développement commercial européen, des accords commerciaux sont conclus entre 3 compagnies de bateaux : à Londres avec City Cruises, première compagnie londonienne, à Paris avec Les Vedettes du Pont Neuf et à Rome avec Battelli di Roma. Des actions communes comme un « pass » touristique européen et d’autres projets de développement en France et en Europe sont à l’étude.


Un regard par dessus l’épaule

Plus de cinquante années se sont écoulées. Le tourisme n’a cessé de croître. Les berges de la Seine sont classées patrimoine mondiale de l’UNESCO. Les Ponts se sont illuminés, Paris a conforté son image de ville lumière.

Les Vedettes du Pont Neuf n’ont cessé d’investir. La société s’est développée et s’est structurée, son avenir est florissant.

photo_historique04